Excursion au pays des littératies

Il est révolu le temps où l’on pouvait se promener impunément dans la vie en faisant fi de ses ignorances et de ses incapacités. La société du savoir impose ses diktats : il ne suffit plus de savoir lire et écrire, encore faut-il savoir interpréter des informations pour prendre de bonnes décisions et être fonctionnel en société.

Sous l’influence des technologies et de la longévité

Mues principalement sous l’impulsion de l’essor phénoménal des technologies et d’une longévité accrue de nos vies, les littératies visent à développer nos connaissances et nos compétences, à adapter nos comportements et à faciliter nos apprentissages, tout au long de la vie. Elles constituent en quelque sorte un pays émergent, où l’on peut visiter différents territoires qui se ressemblent par leurs exigences et par la vigilance qu’ils nous proposent.   

Littératies et parcours de vie
Les littératies feront des plus en plus partie de nos vies tout au long des routes que nous parcourerons, de situations que nous vivrons et des solutions que nous devrons mettre en place.

Au cours de cette excursion au pays des littératies, je vous propose un survol de la notion de littératie, sans toutefois me rendre dans les coins et racoins des différentes littératies, tant l’univers des littératies est vaste et complexe. J’ai cependant pensé qu’il serait intéressant de mieux comprendre l’importance des littératies dans nos vies et dans nos environnements en mouvance, tout particulièrement en ce qui a trait à la littératie numérique, à la littératie médiatique et à la littératie financière.  

Aux origines de la littératie

Emprunté au mot anglais literacy, le mot littératie est officiellement accepté par l’Office de la langue française du Québec alors que l’Académie française lui préfère le terme lettrisme, d’où l’absence du mot littératie dans la plupart des dictionnaires de langue française, quoique le terme soit déjà largement utilisé en français, en provenance de divers horizons. 

Il est aussi fréquent de voir le terme literacy traduit en français par le mot alphabétisation, dont la portée est beaucoup moins grande que la notion de littératie utilisée dans le contexte de la société du savoir. La littératie dont il est question ici se situe clairement au coeur de nos apprentissages, soit dans le monde de l’éducation, même si elle se rattache à la culture de l’écrit dont fait partie la littérature.  

Il est à noter que des littératies peuvent intégrer des numératies qui réfèrent aux calculs et aux concepts mathématiques. Différents niveaux de littératie peuvent être atteints selon notre maîtrise des compétences, aptitudes et capacités requises dans telle ou telle littératie. 

Une approche multidimensionnelle

Les apprentissages que nous avons besoin de faire en ce XXIe siècle sont multiples. D’après le Conseil canadien sur l’apprentissage, ceux-ci ne se limitent plus aux bancs de l’école mais englobent aussi ce que nous apprenons à la maison, au travail et en société pour acquérir des connaissances, faire quelque chose, vivre ensemble et être une personne accomplie tout au long de notre vie.  

Cette conception d’un apprentissage à multiples facettes concorde d’ailleurs avec l’approche multidimensionnelle que Charles Fadel a développée avec son Four Dimensional Educational Framework pour relever les défis d’apprentissage du XXIème siècle. Ainsi en est-il des littératies qui comportent aussi plusieurs types d’apprentissages dans plusieurs types de savoirs.

Apprentissage et littératie
Les littératies sont multidimensionnelles et comportent plusieurs facettes qui se déploient dans différents contextes d’affaires, personnels et sociaux. Elles prennent leur essor dans des dynamiques qui s’intègrent parfaitement dans les enjeux d’apprentissage du XXIème siècle qui surviennent dans un monde instable, incertain, complexe et ambigu (correspondant à l’acronyme VUCA pour Volatility, Uncertainty, Complexity et Ambiguity).

En matière de littératie numérique, par exemple, le Conseil des technologies de l’information et des communications inclut des volets éducatifs, professionnels et personnels dans son cadre d’apprentissage. Les parcours qu’il propose s’échelonnent tout au long de la vie, allant du jeune écolier qui découvre la technologie à l’adulte qui devient un chef de file sachant communiquer des idées complexes et exercer son leadership.  

Apprentissage en littératie numérique
Le Conseil des technologies de l’information et des communications a développé un cadre d’apprentissage pour renforcer la littératie et les compétences numériques au Canada dans trois types de parcours : éducatif, professionnel et personnel. Ce cadre est constamment mis à jour en fonction de l’évolution de la littératie numérique et des compétences requises.

Pour sa part, HabiloMédias définit la littératie numérique selon trois dimensions, soit pouvoir comprendre, créer et utiliser des outils et des pratiques numériques dans des activités quotidiennes pour apprendre, travailler, magasiner, jouer ou communiquer.

Issue de la culture numérique, la littératie médiatique a vu le jour avec l’apparition des médias numériques, tels les blogues ou les contenus publiés dans les médias sociaux. Ces publications, créées et utilisées à notre gré, requièrent des savoirs et des compétences qui, pour le moment, apparaissent mal encadrés, comme on peut notamment le voir lorsque de fausses nouvelles côtoient les vraies. 

Selon Pierre Fastrez de l’Université Catholique de Louvain, la littératie médiatique vise à développer une matrice de compétences qui comprend trois dimensions, soit informationnelle, technique et sociale, et quatre types de tâches soit lire, écrire, naviguer et organiser. Ce nouveau type d’apprentissage, on le comprend, apparaît de plus en plus essentiel pour nous permettre de produire, consulter et partager des informations fiables et de qualité. 

Nichée sur le territoire des finances personnelles, la littératie financière, pour sa part, est définie par l’Agence de la consommation en matière financière du Canada comme étant «le fait de disposer des connaissances, des compétences et de la confiance en soi nécessaires pour prendre des décisions financières responsables.» Ainsi, cette littératie déborde de la stricte consommation de produits et services financiers, car elle s’aventure dans notre rapport à l’argent et dans nos façons de le gérer en considérant les thèmes de l’épargne, de la gestion des dettes et de la planification. 

Associée à un monde complexe et technique, la littératie financière fait aussi appel à un large éventail de facteurs psychologiques, sociaux et institutionnels allant au-delà de l’éducation financière, pour s’intéresser aux divers comportements financiers. 

Rôle et importance des littératies 

Dans une perspective plus globale, l’on constate que les frontières des littératies peuvent s’entrecroiser, comme c’est le cas lorsque la littératie médiatique implique la maîtrise d’une littératie numérique, ou encore lorsque la littératie financière rejoint la littératie numérique si des technologies sont utilisées pour transmettre des informations ou fournir des services. Quoiqu’il en soit, chacune de ces littératies se présente comme un détour souhaitable et profitable à tous, dont le rôle est de renforcer les capacités de chacun et de contribuer au progrès de nos sociétés.  

  1. POUR SOUTENIR LA PROSPÉRITÉ

Selon une étude internationale réalisée par l’OCDE, le développement de compétences a un impact positif sur les perspectives d’emploi, sur la qualité de vie et sur la croissance économique. Toutefois, «le progrès technologique ralentit et les pays peinent à s’en sortir dans l’économie mondiale» si leurs citoyens ne disposent pas des niveaux de littératie requis pour s’intégrer pleinement dans la société. 

Technologies et compétences
Comme cela a été le cas lors de la révolution industrielle, la révolution numérique fait face à des enjeux sociaux lorsque les niveaux de compétences sont inférieurs aux capacités technologiques. Le développement d’une littératie numérique, soutenue par le système d’éducation et par divers modes d’apprentissage, constituent un atout important pour hausser le niveau de compétences afin d’entrer dans la phase de prospérité.

Pour devenir un levier de prospérité, la littératie numérique requiert ainsi une évolution des environnements d’apprentissage. C’est notamment ce que propose Microsoft avec son programme destiné aux écoles, offert dans plusieurs pays dont le Canada et la France.  Comme le rapporte le CEFRIO, dans plusieurs pays certaines personnes ont tendance à surestimer leurs capacités numériques. Ceci serait notamment le cas pour les millénariaux qui adoptent un mode de vie numérique mais qui ne disposent pas nécessairement des compétences numériques requises au travail.   

D’où l’intérêt d’interpeler en amont les établissements d’enseignement, les centres de formation et d’apprentissage ainsi que des ressources communautaires, afin de favoriser le développement de compétences numériques, tant chez les dirigeants d’entreprise que chez leurs employés.  

2. POUR DÉVELOPPER UNE PENSÉE CRITIQUE

La littératie médiatique met de l’avant le développement de nos capacités d’analyse et d’interprétation, de notre intégrité intellectuelle et de notre esprit critique afin de pouvoir mieux distinguer le bon grain de l’ivraie dans les différents médias publiés.

Ainsi, créée en 2017 sous la direction de Nathalie Lacelle, la Chaire en littératie médiatique multimodale vise à favoriser le développement et le transfert de connaissances en recherche dans le domaine émergent de la littératie médiatique multimodale.  La Chaire apporte aussi son soutien aux acteurs du monde de l’éducation pour «rattacher les apprentissages médiatiques aux apprentissages scolaires fondamentaux» et développe des collaborations pour soutenir le développement de projets innovants destinés aux jeunes.

Le Groupe de recherche sur l’intégrité académique, pour sa part, s’intéresse aux stratégies de créacollage numérique sous la direction de Martine Peters, pour développer les compétences requises en recherche d’information, en rédaction et en référencement documentaire lorsque des textes sont produits à partir d’un « remix » de contenus trouvés sur le Web. 

3. POUR ATTEINDRE UNE AUTONOMIE FINANCIÈRE

Savoir gérer son argent est aujourd’hui d’autant plus important que notre espérance de vie est plus longue et que nous devons assurer nous-même notre autonomie financière, au-delà des contributions des régimes de retraite publics et même privés. D’où l’accent mis sur la littératie financière pour «encourager les Canadiens à prendre le contrôle de leurs finances et à réduire le stress financier».

Depuis 2011, un très large éventail d’entreprises et d’organismes provenant du domaine financier et aussi des milieux éducatifs, professionnels, d’affaires et communautaires, participe au Mois de la littératie financière, à chaque année au mois de novembre. De multiples événements sont aussi organisés sur différents thèmes financiers en cours d’année. 

Un programme d’éducation financière a aussi été mis sur pied au Québec en enseignement secondaire et des activités pédagogiques complémentaires sont offertes. L’Autorité des marchés financiers, pour sa part, propose plusieurs initiatives destinées à favoriser l’éducation financière, notamment en milieu de travail. 

Quel avenir nous réservent les littératies ? 

Les littératies font appel à notre sens des responsabilités à la fois individuel et collectif. D’un point de vue individuel, elles impliquent que chacun assume la responsabilité de ses propres apprentissages. D’un point de vue collectif, elles interpellent les décideurs, les influenceurs, les experts et les professeurs pour qu’ils mettent l’épaule à la roue et créent des conditions favorables à l’apprentissage des littératies. 

En nous permettant de devenir informés et compétents, les littératies peuvent-elles servir de rempart pour éviter que ne surviennent les pires fraudes et injustices? Ou au contraire, leurs exigences feront-elles en sorte que nous choisirons, plus ou moins consciemment, d’être des illettrés de la technologie, des médias ou de nos finances? Comment en effet conserver un bon équilibre de vie dans un univers aussi complexe où des apprentissages doivent être faits et renouvelés, tout au long de la vie?

Cerveau et apprentissage
Les littératies peuvent enrichir nos esprits et aussi les encombrer. Pour augmenter nos capacités, nous devons faire des choix et obtenir le soutien dont nous avons besoin.

Des choix devront être faits selon nos priorités et nos valeurs. Tous les scénarios sont possibles. On parle déjà d’une fracture numérique; en viendons-nous à parler bientôt d’une fracture entre ceux qui ont adopté les littératies et ceux qui ne l’ont pas fait? Devrons-nous développer de nouvelles expertises et de nouveaux modes d’apprentissage pour nous aider à réparer une telle fracture si celle-ci survient dans notre vie?

Une chose est certaine : si on les prend au pied de la lettre, les littératies nous garderont jeunes car nos cerveaux n’auront guère de chances de s’ankyloser avec elles!

Photo des marguerites et du livre : Katarzyna Karczynska / Pixabay

Photo de la route dans le bois : Photographe inconnu / Dreamstime

Photo des autoroutes en arrière-plan du diagramme : Photographe inconnu / Dreamstime

Photo du profil en couleur : Photographe inconnu / Pikwizard

 

2 commentaires Ajouter un commentaire

  1. Gilles durocher dit :

    Bonsoir Louise.

    Encore un article fortement intéressant ,très bien écrit et très bien documenté.
    Nul doute que notre monde devient de plus en plus complexe à cause des nouvelles découvertes constantes de la science et des technologies et que les humains doivent continuellement se tenir au courant dans leur domaine professionnel propre ou faire appel à des spécialistes dans les autres domaines .

    Défi personnel à’relever mais dans un monde de plus en plus passionnant.

    Amitié

    Gilles d

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s