Choisir d’entreprendre

Entreprendre a la cote. C’est le nec plus ultra, le St-Graal de l’accomplissement personnel, professionnel et… financier ! C’est ainsi que l’on voit circuler sur le Web de multiples affirmations pour encourager ceux et celles qui entreprennent. À tel point que d’envisager d’avoir un emploi peut parfois apparaître comme un choix de deuxième ordre. À preuve, cette citation de Jack Ma, l’homme le plus riche de Chine, reprise sur plusieurs sites, dont LinkedIn.

« Si vous placez des bananes et de l’argent devant des singes, les singes choisiront les bananes parce que les singes ne savent pas que l’argent peut acheter beaucoup de bananes. En fait, si vous offrez travail et affaires aux gens, ils choisiront de travailler parce que la plupart des gens ne savent pas qu’une entreprise peut rapporter plus d’argent qu’un salaire.

Entreprendre se résumerait-il à une question de bananes et d’argent? Que se passe-t-il dans la tête, dans la bulle, d’un entrepreneur ? Pourquoi choisir de chausser de tels souliers ? Pourquoi certains préfèrent-ils avoir une entreprise plutôt que d’être en emploi ? Pour en savoir plus à ce sujet, j’ai sondé la tête et le coeur de 23 entrepreneurs d’expérience en leur proposant une série de questions ouvertes, où ils ont pu s’exprimer librement. Voici leur profil.

Tableaux âge expérience2
Parmi les entrepreneurs consultés, 78 % ont plus de 40 ans tandis que 87 % ont plus de 3 années d’expérience en affaires. Tous ont déjà été en emploi et, s’ils ont différents domaines d’expertise, tous offrent des services aux entreprises ou aux entrepreneurs. La majorité, soit 70 %, est à la tête d’une entreprise individuelle ou comptant moins de 5 employés. Les autres sont à la tête de PME, d’OBNL ou d’une entreprise sociale. Presque la moitié des répondants, soit 48 %, sont des femmes.

Un choix d’occasion ou une vocation ?

Au-delà de la façon imagée et percutante dont Jack Ma en parle, l’argent fait partie de la vie des entrepreneurs. Ainsi, certains reconnaissent qu’en fondant leur entreprise ils ont visé, et ont atteint, une indépendance financière qui leur donne plus de choix dans leurs décisions. Mais les questions d’argent ne sont pas les seules à entrer en ligne de compte, car entreprendre c’est beaucoup plus qu’une question comptable, même si cette question fait incontournablement partie des risques et des satisfactions qu’apporte l’entrepreneuriat.

Pour certains, la question ne se pose pas : entreprendre est un besoin, une mission, un souffle de vie. Pour d’autres, c’est un projet auquel ils ont longuement pensé et qu’ils ont finalement décidé de réaliser lorsque l’occasion s’y est prêtée ou lorsqu’ils en ont eu assez de leur expérience en emploi. Pour d’autres encore, c’est la seule façon de vivre leur passion, c’est le désir d’agir selon leurs valeurs et de contribuer au succès de leurs clients et de leurs employés. C’est aussi le goût de se dépasser, d’éviter la routine et d’avoir l’ambition de « faire différemment, à sa façon ». C’est l’aspiration à une plus grande liberté, la volonté de partager des idées créatives et d’être son propre patron.

Choix d’occasion, expression d’une vocation ou résultat d’une décision mûrement réfléchie ou plus intempestive, il existe plusieurs raisons pour se décider à entreprendre, à faire le saut dans l’expérience entrepreneuriale.

 « Je ne suis pas devenue entrepreneure. Je pense que je l’ai toujours été sans le savoir. (…) Mon esprit créatif m’a naturellement dirigée vers l’entrepreneuriat. »

Anne-Solène Rioult

« Avec le recul, je crois que c’est mon incapacité à avoir quelqu’un qui me dit quoi faire ! Mais au départ, ça a été une décision pratiquement prise sur un coup de tête. »

Philippe Bussière

« L’aspiration à plus de liberté, pour une meilleure maîtrise de mon temps, un meilleur équilibre entre vie professionnelle, vie familiale, vie sociale… et la possibilité de concrétiser des idées, des projets. »

Jean-David Rezaioff

« L’idée m’est venue à l’âge de 25 ans (…) mais à l’époque, il me manquait l’idée pour me propulser dans cette aventure. Donc, j’ai patienté jusqu’à l’âge de 40 ans où là j’en ai eu marre de donner à des employeurs non-reconnaissants pour le travail accompli. »

Martine Laforest

Bâtir sa voie, créer son chemin

S’il établit ses propres règles, l’entrepreneur doit aussi accepter de «prendre les devants», de « faire arriver soi-même les choses » et d’assumer la responsabilité de ses échecs comme de ses réussites. Entreprendre demande de nourrir sa confiance en soi, de « croire que l’on a tout ce qu’il faut pour y arriver ».

Cela demande de sortir de sa zone de confort et de se relever après chaque épreuve, pour oser à nouveau. «Oser, oser essayer, oser être, oser croire, oser sauter dans le vide pour réaliser sa mission» : entreprendre comporte des exigences, particulièrement pour l’entrepreneur qui doit grandir lui-même, tout en traçant la route de son entreprise. C’est ainsi qu’il peut vivre des situations emballantes et stimulantes tout comme des périodes d’inquiétudes et de doutes.

Si entreprendre permet de connecter des idées, transmettre des connaissances, réaliser des projets et contribuer à des résultats, ce n’est toutefois pas un long fleuve tranquille car il faut savoir apprivoiser les hauts et les bas du projet d’affaires et demeurer proactif quelles que soient les fluctuations dans le compte de banque ou dans les occasions d’affaires.

« C’est réaliser ce que les autres disent impossible. »

Vincent Guyaux

« C’est créer, mettre en action, en mouvement. Avoir l’audace et le courage de réaliser des projets, même un peu fous. »

Véronique Arsenault

« C’est avoir le privilège de transmettre ses connaissances uniques au marché, faire évoluer un processus ou une situation problématique en entreprise pour atteindre une performance maximale. »

Paul Fancellu

Un métier en soi

Entreprendre apporte une expérience unique qui permet à l’entrepreneur de mieux se connaître, de se découvrir des talents et des faiblesses aussi. Cela lui permet d’apprendre « le savoir-faire et le savoir-être, de découvrir qu’il n’y a pas qu’un seul chemin vers une destination ». C’est aussi apprendre à gérer les risques, à prendre des décisions et à se mesurer en faisant preuve «d’humilité et d’exemplarité».

« C’est apprendre de tout et de tous, tout le temps », qu’il s’agisse d’apprendre à faire un plan d’affaires ou se familiariser avec le monde numérique, apprendre les finances, le développement des affaires ou la gestion des ressources humaines.

« Apprendre pour entreprendre et entreprendre pour apprendre ou faire apprendre, c’est mon cercle vertueux ! »

Isabelle Quentin

« On est mis au défi à tous les jours et on vit à la frontière entre le doute et le courage. Intellectuellement aussi, entreprendre est un métier en soi qu’il faut apprendre, en plus de notre expertise et de notre expérience professionnelle antérieure. »

Geneviève Desautels

« J’ai appris à laisser-aller, on n’est pas parfait, on a des limites. Toutefois, ce sont des balises pour l’atteinte de nos rêves et non des obstacles. »

André Lavigne

Des défis à relever et un sentiment de fierté

La gestion des risques financiers et administratifs, « les enjeux liés à la gestion du cash flow, inévitables en période de croissance », comptent parmi les plus importants défis qu’un entrepreneur doit relever. Les exigences de disponibilité doivent aussi entrer en ligne de compte, car « notre projet ne quitte jamais notre esprit, le 9@5 c’est exclu ! ».

S’y ajoutent la nécessité de convaincre et de communiquer, de choisir ses relations, de protéger celles que l’on veut conserver et de bien s’entourer pour atteindre ses objectifs. S’inscrire dans le temps, « accepter la logique des petits pas (…), ne rien prendre pour acquis » et cultiver la patience ainsi que la résilience, sont autant d’atouts qui permettent à l’entrepreneur de conserver son goût de découvrir et sa motivation, de résister au sentiment d’imposteur qui l’envahit parfois, au gré de ses émotions en montagnes russes.

« Depuis 40 ans, j’ai du plaisir à profusion (…) il faut savoir se contrôler, car il y a 168 heures dans une semaine. »

Yvan-Marcel Boily

« Les satisfactions d’entreprendre varient sûrement d’un entrepreneur à l’autre. Pour moi, c’est la capacité d’aider les autres à accomplir leur plein potentiel et contribuer à rendre les gens plus heureux et satisfaits. »

Rita Baker

« L’un des principaux défis est la résistance à l’innovation au-delà des idées… La difficulté d’être premier dans un marché, les cycles de vente sont plus longs. »

Jonathan Bélisle

« Ça a été une renaissance après 20 ans de salariat. (…) C’est un immense bonheur de pouvoir agir sur sa destinée. Choisir quels projets on veut mener, comment on veut les mener et avec qui. »

Ian-Patrick Thibault

Profiter d’une plus grande liberté dans leurs choix est l’une de plus importantes satisfactions qu’expriment ces entrepreneurs et ce, même si le fait d’entreprendre accapare une grande partie de leur temps et même, de leur argent.  Cette liberté vient aussi avec un sentiment de fierté de leurs accomplissements.

« Si je calcule mes heures, je suis en bas du salaire minimum. Ce que j’en tire, c’est simplement de construire quelque chose. De vivre ma passion. »

David Paquet

« Je suis fière de la formation que j’offre et que mes clients satisfaits veuillent refaire affaires avec moi. »

Danielle Gagnon

Si entreprendre un projet d’entreprise vous intéresse 

Entreprendre un projet entrepreneurial comporte son lot d’avantages et de défis ; son lot de satisfactions et de frustrations aussi. Par où commencer pour maximiser ses chances de réussite et pouvoir s’inscrire dans la durée ?

Si l’on se fie à ces entrepreneurs d’expérience, voici leurs recommandations :

  • Mettre au clair ses motivations et croire en soi. Ne pas hésiter, mais ne pas sous-estimer non plus le temps et l’argent qui doivent être investis. Démarrer avec une conviction profonde, tout en étant prêt à se faire bousculer dans ses croyances.
  • Suivre son intuition et aussi se préparer, s’informer et s’entourer. Il s’agit de travailler fort et intelligemment, sans s’épuiser, en s’entourant de personnes qui peuvent apporter un soutien réel, tant pour leur expertise technique que pour leur soutien psychologique ou pour la qualité de leurs relations.
  • Identifier son potentiel entrepreneurial. Se demander quelle valeur est créée, avoir aussi la flexibilité et l’ouverture d’esprit pour ajuster son offre, prendre le temps d’écouter et vivre en-dessous de ses moyens pour se donner une marge de manoeuvre financière.
  • Prendre des formations et se faire accompagner. S’informer sur les programmes de démarrage d’entreprise, se trouver un coach et… l’écouter !

« Bien planifier les étapes de son projet. (…) S’entourer de personnes qui partagent les mêmes valeurs et ne pas nécessairement s’attendre à travailler moins qu’avant ! ».

Annie Verrier

« Prendre le temps de discuter avec d’autres entrepreneurs, qu’ils soient débutants ou bien établis. (…) Vivre des expériences entrepreneuriales dans d’autres projets avant de se lancer pleinement. »

Emmanuel Cameron

L’idée, c’est de se mettre en action !

« Entreprendre commence par soi-même », « c’est un style de vie et un état d’esprit qui favorise la résolution de problèmes. » Entreprendre en créant une entreprise fait partie des projets qui demandent le plus d’audace, qui comportent aussi le plus de risques financiers. Mais de plus en plus, la notion même d’entreprendre déborde de la notion stricte du projet d’affaires que l’on crée et que l’on imagine de toutes pièces.

C’est ainsi que l’on parle maintenant d’intrapreneuriat au sein d’entreprises existantes ou de repreneuriat, à la suite d’un transfert d’entreprise. « Entreprendre est avant tout un verbe d’action, au service de quelque chose qui nous dépasse. »

« L’intrapreneuriat, cela signifie oser présenter des projets ou de nouvelles façons de faire dans l’entreprise ou l’organisation qui nous emploie. On peut aussi entreprendre un nouveau défi personnel. Bref, avoir un nouveau projet dont le but est de se réaliser demande d’entreprendre. Entreprendre est un verbe d’action. »

Annie Mailloux

« Je prévois entreprendre un voyage de 6 mois en voilier. D’entrepreneur, je deviendrai navigateur. Bien sûr, si je vois des opportunités d’affaires, je vais en profiter. »

Denis Tremblay

« À chacun sa vision et son ambition. »

Gilles Colliat

Entreprendre peut prendre plusieurs formes. Il peut s’agir d’un projet d’entreprise, comme on le conçoit classiquement, mais aussi d’un projet d’une autre nature qui fait appel au dépassement de soi, au fait de s’accomplir en relevant des défis et au fait de contribuer en apportant une valeur. Quel défi aimeriez-vous relever et entreprendre dans votre vie ?

Photo des souliers : Victor Hernandez / Unsplash

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s